LE FREIHOF

présentation de la maison d'enfants

LES SITES
Wangen
Le site comprend :
– 3 groupes d’internat totalisant 28 places.
– Un service d’accompagnement pour :
– Les familles (parents et enfants) 6 logements, du F3 au F6.
– Les jeunes majeurs : 2 logements de 2 places chacun.
– Les jeunes quittant l’établissement.

Mittelhausbergen

Un foyer d’accueil à caractère familial de 8 places.

Un service d’accueil familial
2 assistantes familiales pouvant accueillir chacune 3 enfants à leur domicile.

logo-le-freihof
dessin-le-freihof

LES EFFECTIFS

effectifs-freihof

LE PATRIMOINE

La Fondation est propriétaire d’un ensemble immobilier à Wangen et d’une maison d’habitation à Mittelhausbergen qui participe à l’optimisation des modalités d’accueil diversifiées de l’établissement le Freihof dans le champ de la protection de l’enfance.

Si vous souhaitez plus d’informations sur notre rôle, vous pouvez vous 
rendre sur le site de l’action sociale

L'HISTOIRE DU FREIHOF

Les premières mentions connues du village de Wangen remontent au IXe siècle, lorsque certaines parcelles de terres sont données à l’abbaye féminine Saint-Étienne de Strasbourg

A cette époque l’abbesse est à la tête d’une communauté religieuse, mais également d’une Seigneurie.

À Wangen, depuis 845, le seigneur est donc une femme, l’abbesse de Saint-Etienne, communauté strasbourgeoise de chanoinesses nobles. L’empereur Lothaire lui a offert « Wangen avec tout ce qui en dépend », ainsi que la haute et la basse justice.

L’abbesse de Saint Etienne résidait au Freihof quand elle venait au village (actuellement au 179 rue basse). Les bâtiments sont tournés vers une cour centrale : demeure des officiers, avec locaux administratifs, écuries, étables, granges, ateliers.

Le terme Freihof vient de l’Allemand « freier Dinghof » ce qui signifie « cour libre ». Les paysans qui en dépendent ont leur propre tribunal et des droits qui feraient alors rêver plus d’un vilain dans d’autres régions. En outre, en tant que « Dinghof », c’est un lieu d’asile, c’est-à-dire qu’on ne peut appréhender quiconque s’y réfugie, du moins pour un temps.

photo-freihof-wangen
photo-freihof-alsace